3 1 0 D O C U M E N T 1 9 3 J A N U A R Y 1 9 2 4
public. Sans doute, mais c’est le contraire qui a lieu. Les communs mortels com-
muniquent assez librement, tandis que les intellectuels ont réussi à dresser entr’eux
des barrières qu’ils ne savent pas faire disparaître. Cela prouve qu’il y a dans la
culture un élément antihumain qui dépend sans doute de ce que l’enseignement
n’est pas suffisamment dégagé de considérations politiques. Et au risque d’être par
vous accusée de parti pris et d’incompréhension de relativité, je crois que cet élé-
ment est plus prononcé en Allemagne qu’en France, parce que le régime politique
de l’Allemagne a été jusqu’ici beaucoup moins libre.
Voyez pourtant ce qu’on peut obtenir par l’enseignement: le médecin sait qu’il
doit soigner un malade sans souci de sa nationalité. Cela ne prouve-t-il pas que le
sentiment de solidarité peut et doit être enseigné et que les hommes sont capables
de l’accepter avec l’extension internationale, même pendant la guerre.
Je vous envoie mes meilleurs vœux pour l’année nouvelle, car il faut toujours es-
pérer mieux que ce qui est, et je vous prie de croire à mon amitié bien sincère
M. Curie
ALS. [34 804].
[1]Doc. 181.
[2]Hendrik A. Lorentz had communicated this development in Doc. 180.
[3]See Einstein 1923p (Doc. 19) for Einstein’s public statement against the League of Nations.
[4]The International Committee on Intellectual Cooperation.
[5]The fourth Solvay Congress was scheduled for April 1924 in Brussels. Einstein had asked
Lorentz to arrange that he not be invited (see Doc. 102).
193. From Asociación Hebraica
Buenos Aires, le 9 Janvier 1924.
Monsieur le Professor,
Monsieur Straus, que nous avons chargé de vous transmettre notre proposition
d’un voyage dans la République Argentine, nous a fait connaître la conversation
qu’il a eue à ce sujet avec Madame Einstein ainsi que les questions sur lesquelles
vous avez voulu être éclairé avant de prendre votre
résolution.[1]
Par la présente nous donnons les éclaircissements demandés par vous.
1o).–
La “Asociación Hebraïca” est une Société créée dans le but unique de dé-
velopper la culture intellectuelle générale parmi la collectivité israélite de Buenos-
Aires et particulièrement pour favoriser les études relatives à l’histoire, la litérature,
la langue et la philosophie juives.
Toutes les questions de caractère politique ou nationaliste sont exclues du pro-
gramme de la “Asociación
Hebraïca”.[2]
Previous Page Next Page