6 3 4 D O C U M E N T 4 2 0 J A N U A R Y 1 9 2 5
Ich wünsche Ihnen besten Erfolg und brauche Ihnen wohl kaum noch zu versi-
chern, dass ich alles in meiner Kraft stehende thun will, um das Werk zu fördern.
Mit vorzüglicher Hochachtung
A. Einstein.
ALS (IsJCZA/L12/147I). [37 724].
[1]Chaim Weizmann had asked Einstein in December 1924 to support Kohn in his propaganda
efforts in Europe on behalf of the Hebrew University and the Technion (see Doc. 394). In Berlin,
Kohn held a lecture on behalf of the Hebrew University (see Jüdische Rundschau, 16 January 1925).
420. From Paul Langevin
Paris, le 13 Janvier 1925
Mon cher ami,
Je n’ai reçu votre
lettre[1]
qu’avec un grand retard à mon absence de Paris
pour les vacances, à la recherche d’un repos dont j’ai grand besoin. Il m’a fallu aus-
si quelque temps pour voir quelques personnes avant de pouvoir répondre à la ques-
tion que vous m’avez posée.
Je dois vous dire de suite que j’ai trouvé le meilleur accueil, d’abord auprès de
Painlevé qui, malgré les multiples soucis dont il est chargé collaborera volontiers à
l’hommage que vous voulez rendre à l’homme de génie que fut
Riemann.[2]
J’ai
vue aussi Borel et
Hadamard.[3]
Le Comité qui s’occupe de la publication peut
s’adresser à eux en toute confiance. Je n’ai pas encore pu en parler à
Cartan,[4]
par-
ticulièrement qualifié au point de vue géométrique, mais je ne doute pas de son ac-
ceptation.
L’expérience de Geiger et
Bothe[5]
me paraît tout à fait importante: j’en avais vu
l’annonce et lirai leur mémoire avec grand intérêt— d’autant plus que mon ensei-
gnement de cette année au Collège de France porte sur ces questions.
J’ai eu occasion, à ce propos, d[e] revenir sur la théorie du rayonnement d’une
particule electrisée—au point de vue de l’électromagnétisme classique et spéciale-
ment sur ce qui concerne le cas du mouvement hyperbolique de
Born.[6]
On se
trouve en présence de ce fait d’apparence paradoxale, et susceptible d’ailleurs
d’extension à d’autres lois de mouvement—que la particule rayonne effectivement
par rapport à un système d’inertie (contrairement à ce que semble dire Laue dans
son premier volume de
relativité)[7]
et ne rayonne pas par rapport à un système de
référence en mouvement accéléré dans lequel elle est immobile. Ce caractère relatif
du rayonnement vaut-il la peine qu’on y insiste et pensez-vous utile que je sur-
Previous Page Next Page